Peux-tu te présenter en quelques mots ?

Je m’appelle Léa, j’ai 26 ans et je vis actuellement à Lyon. Je travaille depuis quelques années dans le domaine de la communication où j’ai plusieurs activités. À la fois à mon compte et chargée de communication, je donne également quelques cours. À côté, je suis passionnée par les voyages. Je voyage principalement en stop, en mode « routard », et dernièrement, à moto. À partir du mois de juin, je serai voyageuse à temps plein ! Je quitte mes différents jobs pour ne garder que mes activités en freelance* : je deviens nomade !

 

J’ai vu que tu réalises quasiment l’ensemble de tes road trips en stop, tu me confirmes ? Pourquoi ?

En effet ! J’ai quasiment fait tous mes road trips en stop jusqu’ici, à part un en moto. La première fois que je suis partie en stop, c’était pour des raisons financières. Et puis ça m’a carrément plu ! J’ai adoré faire ça : ça rajoute une dose d’aventure et ça permet de faire des rencontres que l’on ne pourrait pas faire autrement. Je me suis surtout rendue compte que c’était facile ! J’avais une image du stop, et du voyage en général, moins accessible que ça. Quand j’ai compris que je pouvais le faire aussi, j’ai attrapé le virus. Dès que j’avais un peu temps, ou plutôt dès que je le prenais, j’allais tendre le pouce au bord de la route pour partir un peu partout en Europe et dans le monde.

On a vu que ton dernier road trip reliait Lyon à Arras, tu peux nous en dire un peu plus sur cette aventure ?

C’était pour aller au salon des bloggeurs de voyage à Lille, mais j’en ai profité pour voyager un peu et y aller en stop. C’était la toute première fois que j’en faisais toute seule d’ailleurs ! Je n’en n’avais jamais eu l’occasion et j’ai adoré ça. D’habitude je voyage toujours avec une copine ou alors avec mon copain Léo.

C’est bien ce qu’on avait vu, tu n’es pas toute seule lors de tes voyages, Léo t’accompagne ?

Depuis notre rencontre en 2016 nous voyageons tous les deux quasiment à chaque fois. D’ailleurs, cela ne s’invente pas, nous nous sommes rencontrés en voyage ! Léo, qui est de Guadeloupe, faisait un tour d’Europe et nous nous sommes rencontrés en Grèce. Lui, n’est jamais rentré ! 

On a vu que tu mettais en avant la dimension environnementale durant tes voyages, j’imagine que ça te tient à cœur ? Justement est-ce que tu aurais quelques conseils à donner pour devenir plus écologique en road trips ?

Ça me tient énormément à cœur et l’impact écologique rentre désormais en compte dans tous mes projets. Déjà, je pense que voyager en restant au sol est une excellente chose. Éviter de prendre l’avion ou le faire uniquement pour de longs voyages. Ça ne vaut pas le coup pour un simple week-end. Et puis il y a tellement de belles choses à côté de chez nous ; pourquoi vouloir aller loin ? La définition du voyage ne doit pas être associée à l’exotique et l’instagrammable !

Et puis un road trip, c’est quand même plus sympa je trouve. Par la route, on voit les paysages et les visages changer au fur et à mesure. Ça se rapproche plus de ma définition du voyage qui est dans le mouvement et les rencontres plutôt que dans la destination. On peut également réduire les déchets que l’on produit lorsque l’on voyage, en évitant le plastique et l’usage unique par exemple. Ce n’est pas incompatible avec le fait de voyager léger : une gourde, un bol, des couverts et un savon de Marseille permettent déjà de faire une belle différence sans pour autant trop encombrer nos sacs à dos. Généralement nous faisons plus de déchets en voyage que chez nous, il est donc important de faire attention et de respecter les lieux que nous visitons.

Tes plus gros kiffs en road trips ?

Tellement de choses, c’est difficile de choisir ! Je pense que ce que je préfère, c’est de prendre le temps de me perdre. Pouvoir, sur un coup de tête, aller sur une route que l’on trouve jolie ou dormir à la belle étoile au milieu de nulle part. Oui, c’est ça notre plaisir de voyageurs : se retrouver seuls au monde, perdus et minuscules de temps en temps.

En bon français, j’adore parler des choses plus négatives, tu as déjà connu des mésaventures durant tes road trips ? Tu as des conseils pour éviter certaines mésaventures ?

En stop, je n’ai absolument aucune mauvaise expérience ! J’étais un peu inquiète la première fois et je me suis rapidement rendue compte que les gens étaient bienveillants. Lorsqu’ils voient une fille seule au bord de la route, ils peuvent être un peu inquiets et se disent« Je préfère qu’elle monte avec moi plutôt qu’elle tombe sur quelqu’un de mal intentionné. » Et comme presque tout le monde réfléchit comme ça, tout va toujours pour le mieux.

En revanche, durant notre road trip à moto, il nous est déjà arrivé de chuter, de tomber en panne, d’avoir des petites casses sur la moto, etc. Mais je n’ai jamais considéré ça comme des mauvaises expériences. Au contraire, c’était l’occasion de faire de belles rencontres avec les gens qui viennent spontanément nous aider !

Comment organises-tu tes road trips ? Tu te laisses guider par tes envies ou tu les prépares à l’avance ?

Ça dépend de la longueur du voyage. Si c’est un voyage assez court avec une date de retour il y a plus de contraintes et forcément plus de préparation. Notamment quand on passe par des villes où l’on dort en couchsurfing. Il faut pouvoir envoyer les demandes en avance, je dois donc avoir un minimum de visibilité sur les étapes de mon voyage. Lorsque le voyage est plus long, à partir d’un mois je dirais, ou en pleine nature, je me renseigne un petit peu, je regarde ce qui me fait envie, mais j’essaie de ne pas planifier pour garder cette flexibilité et cette dose d’imprévu qui font la recette d’un bon road trip.

Ta destination préférée en France ? À l’étranger ?

J’ai beaucoup voyagé à l’étranger, je connais encore assez mal la France. Pour nous rattraper, nous avons prévu un road trip de deux mois en moto dans le quart sud-est de la France. J’ai hâte d’en découvrir plus ! À l’étranger, en termes de road trip, j’hésite beaucoup entre deux destinations !  La première c’est la Mongolie. Nous y avons fait notre road trip à moto l’été dernier au cours d’un voyage entre Lyon et Pékin sans avion. Les paysages, les rencontres, la moto… c’était juste dingue ! La deuxième c’est l’Islandedont nous avons fait le tour en stop. Les paysages sont vraiment à couper le souffle et tellement variés. Et puis, grâce au stop, nous avons pu faire de vraies belles rencontres.

Tes futurs projets, tes prochaines destinations ?

Avec la vie nomade, nous avons de nombreux projets ! Nous allons commencer par six mois en Inde et au Pakistan avant de nous initier au road trip en van lors d’un PVT en Nouvelle-Zélande. Après, l’idée c’est de rentrer en France sans avion. Nous n’avons ni date de retour, ni itinéraire !

Voyager tout en s’occupant d’un compte Instagram et d’un blog ça se passe comment ? Ça demande beaucoup de temps ?

Oh que oui ! Heureusement, j’adore ça ! Généralement, je pars avec mon ordinateur, je fais des sauvegardes de photos régulièrement et j’en publie dès que je trouve un peu de réseau et de temps.En devenant nomade, il va falloir que j’arrive à conjuguer des temps de travail et de voyage. Ça va demander une toute autre organisation pour que ce mode de vie puisse durer dans le temps.

Une dernière question pour les amateurs de photos, tu utilises quel matériel ?

J’ai un appareil photo hybride, l’Olympus OM-D EM5 MkII, que j’ai choisi spécialement pour le voyage. Il est tropicalisé, pas trop lourd et j’ai investi dans un objectif zoom très lumineux donc vraiment polyvalent. Il me suit partout depuis des années, quelques que soient les conditions, je le recommande vraiment !

Pour suivre Léa sur Instagram : @bonsbaisers_

A bientôt pour de nouvelles aventures,  Very Road Trip. 

Retrouvez toutes nos interviews, nos itinéraires, des villles étapes et des conseils ici