Bertrand est partit en road trip à la découverte de la Nouvelle Zélande, il nous parlent de son voyages, des moutons des kiwis et des paysages sublimes qu’il à pu voir.

Peux tu te présenter en quelques lignes ?

Je m’appelle Bertrand, j’ai 27 ans. Je suis originaire de Bar-Le-Duc en Lorraine (Grand Est). À l’âge de 16 ans je suis parti vivre à Nancy dans une structure sport étude pour pouvoir m’entrainer correctement au sport que je pratique depuis l’âge de 9 ans, le kayak. J’ai étudié la mécanique et le dessin industriel pour pouvoir travailler dans un bureau d’étude. Après avoir obtenu un DUT et une Licence professionnelle, j’ai travaillé 3 ans dans une grosse entreprise de production de bicarbonate, NOVACARB à Laneuveville-devant-Nancy.

De quelle destination veux tu nous parler ?

Le pays des moutons, des kiwis, des oiseaux, despaysages sauvages incroyables, La Nouvelle-Zélande (Aotearoa)

Bertrand durant son road trip en Nouvelle Zélande

Pourquoi là-bas en particulier ?

Tous les ans, je passai le mois de Janvier dansun pays étranger pour continuer l’entrainement de kayak dans de bonnesconditions avec d’autres français. Je suis parti à Dubaï, sur l’île de la Réunion et en Australie. La destination prévue pour Janvier 2017 était laNouvelle-Zélande. Et c’est à ce même moment que j’ai eu l’envie de tout quitteret vivre l’aventure. Ça tombait bien, parce que ce pays reflétait vraiment lestyle de voyage que je voulais vivre. Pays très sauvage avec des paysagesincroyables. Certaines personnes adorent partir en vacances dans des grossesvilles mais ce n’est pas du tout mon cas. J’adore découvrir les chef-d’œuvresnaturels de la nature. Et la Nouvelle-Zélande est parfaite pour ça. En plus deça, le Working Holiday Visa est facile à obtenir.

Paysage durant son road trip en Nouvelle Zélande
Bertrand durant son road trip en Nouvelle Zélande

En quelques mots, ta vie là bas ressemble à quoi?

En 2017, j’ai passé l’année avec un WorkingHoliday Visa. Je ne savais absolument pas parler anglais (j’ai eu 3/20 au bac).Beaucoup de personnes me disais que j’étais fou de tout quitter pour partir àl’étranger tout seul sans parler la langue.
Mais au final les moments de galère nous fontvivre des choses incroyables et très drôle parfois.
En Nouvelle-Zélande, si on est au bon endroit aubon moment, on peut trouver un travail dans la journée, même sans parleranglais.
J’ai fait plusieurs petits jobs pour récolter del’argent pour pouvoir financer la suite de mon périple (cueillette de fruits).

Et puis j’ai fini par trouver un travaild’entraineur de kayak bien plus interessant. J’ai donc fini mon aventure avecun Work Visa, j’étais l’entraineur pour un club de l’île du sud (Alexandra) etpour l’équipe Junior néozélandaise. Je les aient suivi jusqu’aux championnatsdu Monde en Italie en Juillet dernier.
Aujourd’hui je suis de retour pour 6 mois avecun autre Work Visa pour continuer mon travail d’entraineur.

Ma vie ici est très proche de la nature. Je faisbeaucoup de randonnées, du camping sauvage, descentes de rivières en kayak,…Très loin de la vie des bouteilles à 1000 euros en boite de nuit. C’est leparfait endroit pour apprendre à apprécier les moments simples de la vie sans superfluet j’adore vraiment ça.
Je resends vraiment une sensation de liberté icique je ne retrouve pas ailleurs. Les gens ici ne sont pas accès surl’apparence. On peut s’habiller comme on veut. Pour donner un exemple, lesnéozélandais sont parfois pieds nu dans les supermarchés.

En Working Holiday Visa on peut aller n’importeoù, quand on veut. Décider de sa destination la veille, aucune contrainte, on peut travailler quand on a besoin d’argent et arrêter du jour au lendemain pour changer d’endroit. C’est une situation éphémère bien sûr mais très incroyable à vivre.

Bertrand durant son road trip en Nouvelle Zélande
Bertrand durant son road trip en Nouvelle Zélande

Plutôt en mode nomade ou sédentaire ?

J’ai vécu les deux. En Working Holiday Visa j’étais en mode nomade et maintenant avec mon Work Visa je suis en mode sédentaire.

Je dirais que les deux sont vraiment cools. Le mode nomade est vraiment incroyable pour ressentir la liberté absolu.
Mais pour ma pars je ne peux pas vivre en modenomade très longtemps. J’aime bien avoir une vie sociale, et au bout d’uncertain temps c’est assez bizarre mais la routine manque. La routine est unconfort qu’il ne faut pas abuser pour ne pas s’ennuyer. Par exemple pourpratiquer correctement un sport ou un instrument, c’est difficile des’entrainer quand on change d’endroit tout le temps. Et c’est la même chosepour rencontrer quelqu’un ou se faire de vrais amis.

Et puis en mode sédentaire, on s’intègrebeaucoup plus dans la vie des locaux et pour ma pars c’est la meilleure desexperiences. On ne se sent plus comme un touriste à visiter des chosesbasiques. On vie vraiment des moments typiques du pays.

 

Bertrand durant son road trip en Nouvelle Zélande

Ton meilleur souvenir ?

Mon meilleur souvenir était un week-end avec leclub de kayak. On a descendu une rivière magnifique. On peut boire l’eau decette rivière et y trouver de l’or ! J’ai appris avec un local à chercher ettrouver de l’or et j’en ai trouvé ! Pour moi c’était un moment magique, maispour les locaux c’était très banal…
Le soir nous avons fait du camping sauvage, 3enfants et un parent ont été chassés un lapin et nous l’avons mis sur un barbecueimprovisé avec un feu de camp.

Nous avons mangé ce lapin avec quelques pâtescuisinés avec de l’eau de la rivière.
Le soir, nous nous sommes mis tous autour du feude camp, on a joué de la guitare et chanter des musiques très populaires en Nouvelle-Zélande.Personne n’était avec son téléphone portable ! Il n’y avait pas de réseau à cetendroit donc tout le monde discutait et chantait ensemble. C’était vraimenttrès cool.

Le lendemain nous avons descendu la deuxièmepartie de cette rivière incroyable et nous sommes passés dans un tunnel naturelen kayak pendant plus de 30 secondes. C’était un souvenir incroyable etindescriptible.

Beaucoup de souvenirs sont incroyable et proche d’être les meilleures… Comme par exemple la nage avec les dauphins sauvagesdans leur milieu naturel à Kaikoura était vraiment super.

 

Bertrand durant son road trip en Nouvelle Zélande

Et ton pire souvenir ?

Mon pire souvenir était quand j’étais en WorkingHoliday Visa. J’ai eu une petite histoire de coeur avec une personne qui repartait en France et j’étais très seul à ce moment là. Des petits problèmes normaux de la vie de tous les jours… Seulement quand on est à 17 000 km de sa famille et de ses amis c’est pas la même histoire.

C’était au mois d’août. Les saisons sont inversées avec celles de la France, donc c’était en plein hiver. Il fait nuit à18h et il n’y a pas trop de voyageurs à cette période.
Je me suis retrouvé tout seul dans mon van,j’étais tout seul dans le camping. Il était 18h, j’étais tout seul avec mespetits problèmes dans la tête. C’était vraiment pas cool et la nuit a étélongue.
Le lendemain j’ai décidé d’aller dans une auberge de jeunesse et ça a été beaucoup mieux. La véritable liberté a un prix et je pense que ces moments de solitude en font parti.

Bertrand durant son road trip en Nouvelle Zélande

 

Une période idéale pour s’y rendre ?

La période idéal, c’est après Noël. Les mois deJanvier, Février en plein été.

Bertrand durant son road trip en Nouvelle Zélande

 

Si je n’ai qu’une journée dans ce pays, je dois la passer où ?

Si c’est l’île du Nord, il faut absolument fairele Tongariro Crossing.

Si c’est l’île du Sud, je dirais Tekapo. Il y aun lac incroyable bleu turquoise, ne n’ai jamais vu ça. Et c’est réputé aussipour avoir le plus beau ciel du monde. Il n’y a pas de pollution industrielle,automobile, ou lumineuse. Les étoiles sont juste comme dans un rêve. On y voitla voie lactée tout le temps et pas cinq centimètres sans étoiles.
Milford Sound dans l’île du Sud est aussi très incroyable.

 

Bertrand durant son road trip en Nouvelle Zélande

Un conseil / astuce pour les lecteurs qui souhaitent s’y rendre ?

Mon conseil est d’essayer de s’intégrer dans lavie des locaux. Et des choses très cools vont se passer. Les plus belles choses dans un voyage sont les rencontres. Et mon deuxième conseil c’est de prendre un bon appareil photo…

Pour en savoir plus sur la Nouvelle Zelande cliquez ici 

Bertrand durant son road trip en Nouvelle Zélande

A bientôt pour de nouvelles aventures ! 

Very Road Trip 

Retrouvez toutes nos interviews, nos itinéraires, des villes étapes et des conseils ici